Setsubun – Toujours faire confiance aux obaasans

Qui dit février dit Setsubun. A vrai dire, je ne comptais pas faire quoique ce soit à cette occasion mais lors de ma visite de Gokokuin la semaine dernière, une petite vieille m’a interpelé et chaudement recommandé de revenir pour Setsubun. Ici et pas a Asakusa, blindé de monde.

Donc je suis revenu. Je me suis échappé du bureau tôt et filé vers Nezu.

Et comme toujours, il faut faire confiance aux petites obaasans de Nezu

Un des ogres qui fait le malin avant la cérémonie
Fait le malin, va, ça ne va pas durer

 

Un peu d’histoire

Bon, Setsubun, le jeté de haricots sur les démons pour purifier la maison et attirer la bonne fortune. 鬼は外、福は内. Tout ça, tout ça.

Et pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, c’est aussi Risshun, le début du Printemps. Setsubun n’étant, historiquement, qu’un composant de Risshun. Et même, il y avait 4 Setsubun dans l’année, un par changement de saison !

Le lancer de haricots était initialement déconnecté de tout cela et avait intialement pour but de chasser la peste ou les maladies. Il a été importé de Chine en même temps que le Bouddhisme auquel il a été mélangé et a rattaché aux démons, dans un rituel de purification avant le changement de saison.

Histoire du Ehoumaki

Quand au Ehoumaki, il a aussi été associé à Setsubun grâce a Seven-Eleven.

Initialement c’était une tradition de la région d’Osaka a partir de la fin de l’ère Meiji, et uniquement pour les membres de la coopérative des marchands de sushis (c’est dire si c’était limité) la veille de Setsubun. On retrouve aussi, dans les Hanamachi, le quartier des Geishas / quartiers chauds, un maki similaire, appelé Shinshun maki, littéralement maki du nouveau printemps.

Et jusqu’en 1955, aucune mention d’une direction particulière vers qui le manger. Ce n’est que lors d’une campagne de promotion du nori que cet élément a été ajouté

En 1970, les médias prennent note et le Ehoumaki sort de son cercle restreint et est finalement disponible … dans tout Osaka dans les années 70.

Fin des années 80, le ehoumaki s’étends grace a Family Mart dans Osaka et le département de Hyogo. Idée reprise par un franchisé de Seven-11 en 1989 qui étend l’aire d’influence jusqu’à Hiroshima. Idée reprise ensuite par la direction de Seven-Eleven qui le vend ensuite sur l’ensemble du territoire à partir de  1998.

Donc une tradition millénaire qui a, en étant généreux, 50 ans.

Un kimono dans l'audience
Vous le sentez, le facepalm ?

3 réflexions sur “Setsubun – Toujours faire confiance aux obaasans

Laisser un commentaire